Voilà déjà un an que je suis revenue de mon expatriation en Angleterre, déjà !

Je n’en reviens toujours pas d’avoir sauté le pas, d’y être allée. Je me rappelle de mes peurs avant le départ : je n’étais pas très sûre de mon anglais, j’avais peur de ne pas comprendre, de ne pas me faire comprendre. J’avais peur de sortir de ma zone de confort. Ce n’était pas une peur paralysante, -pour preuve j’ai sauté le pas-; mais plutôt comme une angoisse latente, et des milliers de questions en tête commençant toutes par « Et si ?! ».

Nice view :) #guildford #england #surrey #Automn #AliceInWonderland

Une photo publiée par Adrienne Zmiko (@mamzeldree) le

Puis j’y suis allée, j’ai eu un énorme coup de cœur pour cette ville de Guildford dès le premier regard. J’ai aimé découvrir la ville, ses recoins, son histoire, mais aussi la culture anglaise, la cuisine, les habitudes de vie, les voisins de pallier. J’ai cherché un petit boulot pendant 2 mois (temps partiel) uniquement dans le but de pratiquer la langue et de me confronter avec la vie locale. Mais j’ai surtout adoré découvrir -la plupart du temps sur le tas- toutes ces différences avec la France, avec les français (je vous en parlais ici ou encore ici). Ces différences de culture ont été très étonnantes sur le coup, puis très riches. Elles m’ont permis de prendre du recul, de ne pas avoir la vie française comme seul référenciel. Ces choses auxquelles on est habitués en France, ne sont valables qu’en France…

Je me suis surprise à de très nombreuses reprises :

– je parlais bien mieux anglais que ce que je croyais;
– j’ai appris à ne pas trop réfléchir et à me lancer (si on n’ose pas en expatriation, alors là… on n’ira pas loin);
– j’ai appris à sortir de ma zone de confort (et à adorer cela);
– j’ai appris l’autodérision pour briser la barrière de la langue.

Bye bye #Guildford ! #PewleyDown #Surrey #England

Une photo publiée par Adrienne Zmiko (@mamzeldree) le

J’ai trouvé cette aventure très enrichissante et le retour en France a été très dur. Bien entendu j’étais heureuse de retrouver ma famille, d’être auprès de mon chéri, de conduire du côté droit de la route et de boire du vin à un prix raisonnable. Mais l’Angleterre me manquait, et au-delà de ça, c’est ce dépaysement qui me manque depuis mon retour.

Du coup, je vous annonce avec des papillons dans le ventre et beaucoup de « Et si ?! » en tête qu’une nouvelle expatriation m’attend d’ici la fin de l’année ! Direction la Belgique cette fois-ci ! Allez… et pour rajouter un peu de fun… c’est dans la partie flamande que nous irons. Et bien entendu… nous ne parlons pas (encore) le néerlandais. Autant vous dire que cela va être cocasse !

Nous préparons ce futur départ avec beaucoup d’impatience, et commençons doucement à emballer nos affaires. C’est aussi pourquoi vous voyez quelques photos par ci et par là de la Belgique sur mon compte Instagram. Nous y sommes allés une première fois fin septembre où nous avions pu visiter un peu (l’Est de Bruxelles, l’Atomium, Malines, Grimbergen, entre autres…), et ce week-end nous y étions en coup de vent principalement pour visiter des maisons. Et par la même occasion découvrir les pratiques immobilières du pays, mais je vous raconterai tout cela dans de prochains articles. J’ai hâte de continuer ma série des « trucs marrants » sur les belges cette fois-ci !

Journée découverte et pleine de surprises ! :) W/ @ithinuel #Atomium #Bruxelles #Brussel #Belgique

Une photo publiée par Adrienne Zmiko (@mamzeldree) le

Amis belges, j’arrive !

Du coup, si vous avez des conseils pour la recherche de logement, des avis sur des lieux à ne pas louper, je suis preneuse !

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires

  1. Ophélie G.

    Quel courage ! Les gens qui s’expatrient dans un pays dont ils ne parlent pas la langue m’envoient du rêve ! Vous avez déjà une date arrêtée pour le départ ? xx

    Répondre
    • MamzelDree

      Je t’avoue que j’ai quand même bon nombre de craintes, mais en réalité certains parlent quand même français, et anglais. Donc il y a moyen de se faire comprendre.
      On devrait partir fin décembre, on ne sait pas quand exactement encore, on doit d’abord trouver une maison :)

      Répondre
  2. Koalisa

    je crois que quand on attrape le virus, on ne tient plus en place très longtemps…Quel chouette projet !

    Répondre
  3. Lucie

    Ca donne envie! J’ai le virus moi aussi.. :)

    lesdessousdelucie.wordpress.com

    Répondre