Ah les a-prioris, tout ça… Facile de s’en faire, difficile de s’en défaire, parfois ça fait rire, souvent parfois ça énerve… Mais on n’y peut rien, il faut faire avec !

Les fonctionnaires en prennent plein la tête, les profs aussi, alors pourquoi pas les freelances ? Pas manqué, je vais vous raconter les questions qu’on me pose tout le temps (beaucoup trop) souvent.

mockup-iphone6

1. « Oh trop cool tu peux travailler en pyjama ?« 

Sérieusement c’est l’une des premières choses qu’on me demande quand je dis que je suis freelance et que je bosse de chez moi. On dirait que certains n’aiment pas s’habiller le matin et se pomponner pour leur boulot hein ?! ;]
C’est sûr que techniquement je pourrais, personne ne le remarquerais ! Mais en vrai je ne le fais pas ! J’essaie vraiment de garder un rythme normal, de me doucher, de m’habiller, de prendre mon petit dej’ (l’ordre n’est pas vraiment définitif bien sûr… lol) et d’allumer mon ordinateur pour m’y mettre.
Travailler à la maison c’est bien, mais c’est pas non plus la fête hein !

2. « T’es chez toi, je peux passer vite fait ? »

Oui je suis chez moi, mais non tu ne peux pas passer car JE BOSSE, en fait. Si si ! Les gens croient que parce qu’on est à la maison on est « à dispo ». Alors certes on me dit « Mais allez tu peux bien faire une pause« , oui oui, j’avoue mais en vrai t’as envie de répondre « si tu restes 3 heures c’est pas une pause, c’est passer l’aprem ensemble » alors tant qu’à faire t’as plutôt envie que ce soit clair afin d’éteindre les écrans et ne pas voir les mails se succéder sans réponse, et surtout de sortir de chez toi pour aller prendre l’air, boire un café, ou autre(s).

3. « Tu sors de chez toi parfois ?« 

Alors heu… En fait oui. Juste que je n’ai pas besoin d’aller prendre le bus, la voiture ou le métro pour me rendre à mon taff. J’ai juste besoin de changer de pièce. Ca n’empêche pas que parfois je veux sortir prendre l’air, prendre un café, faire des courses, déjeuner dehors, ou simplement aller bosser d’ailleurs (comme au Starbucks par exemple…). Pour le « aller bosser ailleurs » je regarde justement pour des espaces de coworking près de chez moi, et j’en ai trouvé un… Maintenant il ne reste « plus qu’à » y aller !
Mais sérieusement, oui je sors de chez moi, d’ailleurs je trouve toujours une bonne excuse pour partir (entre autres aller au Starbucks ou chez Costa…), ou aller me balader !

4. « Ca doit être super dur de bosser de chez soi« 

Celle-là me fait toujours beaucoup rire, les gens ont presque un petit air tristounet-tout-mignon en disant cela. Mais en fait moi j’ADORE bosser de chez moi ! D’une part parce que mon appart’ est cool, que la journée je laisse les fenêtres ouvertes et j’entends tout le temps les piti zoiseaux, mais aussi parce que j’ai besoin de calme pour travailler. J’ai déjà été dans un open space, et c’est hyper difficile de bosser quand le téléphone sonne tout le temps, quand tu entends deux collègues qui papotent un peu et rigolent, t’écoutes un peu, tu as envie de rigoler aussi. Tu décroches de ton doc à produire, et puis t’as le Chef de projet qui vient voir le dev’ en face de toi pour savoir où en est tel projet, ils commencent à discuter, tu ne parviens toujours pas à te concentrer. Disons que la productivité n’est pas forcément optimum !
Bien entendu, je me donne moi-même plein de raisons de décrocher… le nouvel épisode de telle ou telle série qui est dispo, le fait qu’il fasse beau et que j’ai envie de sortir, mes copines qui sont connectées sur Skype…

5. « Tu ne voudrais pas avoir un VRAI poste ?« 

Notez bien le « vrai » poste car apparemment être freelance c’est comme un hobby… Genre je m’amuse devant mon ordi… . Vous me direz ça colle avec l’image qu’on se fait d’une Community Manager Freelance, « je passe mon temps sur Facebook et Twitter » !
Ca me fait toujours repenser à la vidéo de Groland tiens…

6. « Mais tu gagnes ta vie ?« 

Cette question, ah cette question… A laquelle j’ai toujours envie de répondre « Non, je dois faire le trottoir à côté^^ » mais il faut faire attention, Internet peut répandre des rumeurs lol. Non mais sans rire, ça fait deux ans que je fais ça, alors non je ne suis toujours pas millionnaire mais oui je gagne ma vie, sinon j’aurais arrêté depuis longtemps, ou j’aurais un job à côté.
Donc pour le moment ça se passe bien, j’adore mon boulot, je bosse sur des projets que je n’aurais pas pu approcher dans d’autres conditions. Et je vous faisais un bilan de mes deux années en freelance dans cet article.

Et vous, vous avez des a-prioris sur les freelance ou vous l’êtes et avez d’autres exemples ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 commentaires

  1. Petitgris

    Tu viens de répondre à toutes les questions que je me posais lol NAN ! En vrai j’e connais un peu car j’ai des amies qui le sont mais tu as raison de mettre les choses au point ! :) Bonne soirée bises

    Répondre
  2. Une Porte Sur Deux Continents

    En tant que freelance aussi, je m’y retrouve bien. Le pire sûrement, les personnes qui ne nous respectent pas et pensent comme tu dis qu’elles peuvent nous déranger à tout moment puisqu’on est à la maison. Elles comprendraient sûrement mieux si on allait se pointer à leur bureau.

    Répondre
  3. Chicky Poo

    J’y réfléchis pour l’avenir à me lancer, mais je voudrais d’abord me faire un petit bagage pour convaincre :)
    J’adore te lire en tous cas, car à mes yeux c’est la preuve que ça marche :)

    Répondre
  4. ithinuel

    Pfiou, bah en freelance, c’est clair que mes vêtements ne serviraient quasiment plus xD
    Mais pour la question si tu sors de chez toi ….
    En fait, techniquement tu peux travailler de n’importe où non ? genre te poser dans un parc, du moment qu’il y a du réseau ça passe non ?

    Répondre
  5. Ophélie G.

    Personnellement, je n’ai aucun préjugé sur les freelances. Par contre, je vous trouve carrément impressionnants de parvenir à travailler chez vous. Je ne pourrais pas faire ça, y a beaucoup trop de distractions. L’année dernière, j’ai écrit mon mémoire de recherche de Master 2 à distance, chez moi donc, ça a parfois (non en fait, souvent) été dur de me concentrer.. ;) xx

    Répondre
  6. Marie - Les Carnets

    Ahahah, je me suis bien marrée en lisant ton billet. C’est tellement ces préjugés qu’on peut entendre pour les freelances…
    Comme toi, quand j’étais free, je m’obligeais à un rythme « normal » : petit déj, douche, s’habiller. Je crois que les seules fois où j’ai dû bosser en pyjama, c’est parce que j’étais malade (et que je faisais des pauses siestes toutes les 2h).

    Sinon… je ne me suis pas du tout sentie concernée par ça « mes copines qui sont connectées sur Skype ». ;)

    Répondre
  7. Lucie

    Je ne suis pas freelance mais mon copain l’est et bosse de la maison (sauf quand l’envie lui prend d’aller dans un coworking space). Ca me parle ton article :) Je trouve qu’il y a quand même pas mal d’avantages à être freelance. En plus tu économises sur le temps de transport et le budget transport donc avec les sous économisés (surtout à Londres) tu peux partir en vacances ou faire autre chose de tes soirées…qu’essayer de rentrer chez toi pas trop tard :)

    Répondre
  8. Koalisa

    Je suis prof et j’en connais un rayon sur les préjugés… Et je comprends quand tu dis que certains ne réalisent pas que tu travailles « vraiment » chez toi, c’est pareil, je passe beaucoup de temps à préparer mes cours à la maison car au bureau je suis sans arrêt dérangée ! Longue vie à ton activité ! :)

    Répondre
  9. Lolli

    Merci pour ces précisions c’est un choix être freelance et c’est vrai que c’est bien de bosser à la maison mais comme tu dis c’est pas la fête non plus mdr :p C’est super en tout cas de partager ton expérience

    Répondre
  10. Olivia Ladybird

    Je n’ai aucun préjugés sur les freelances, mais je ne suis pas étonnée de ce que j’ai lu dans ton article ^^
    En tout cas je te félicite, tu as trouvé le moyen de t’épanouir dans ton boulot, c’est pour ça que tu fais des envieux ;)

    Répondre
  11. Cindy came-true.blogspot.fr

    J’aime beaucoup ton approche de la chose. ^_^
    Personnellement je pense etre incapable de bosser de chez moi, je suis trop facilement distraite et je vire flemmarde très vite. Puis j’aime l’idée que le boulot soit ailleurs, simplement.
    Mais c’est chouette de lire quelqu’un qui aime justement le contraire pour plein de jolies raisons. :)

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (ne sera pas publié)