Angélique, a 36 ans et s’est expatriée en Allemagne grâce au travail de son conjoint. Elle nous partage son histoire et ses aventures dans son pays d’adoption.

Prénom​ : Angélique​
Âge​ : 36 ans​
Métier / situation professionnelle​ : entre serveuse dans un café français et nouvellement entrepreneure
Situation personnelle : en couple avec 2 filles
BlogFacebookInstagram

Expatrié(e) en ​Allemagne depuis ​2015​

Comment était ta vie avant l’expatriation ?

J​’ai eu un parcours assez classique : études, CDI dans une entreprise de sous-traitance aéronautique, la routine quoi !
​​​​

Depuis combien de temps vis-tu là et combien de temps comptes-tu rester ?​

Nous sommes là depuis 2 ans et devrions rester encore deux ans. Mais en expatriation, rien n’est jamais très sûr….​

L’expatriation était quelquechose que tu voulais tenter ?

j’ai toujours eu le goût des voyages, j’étais partie faire une année d’échange scolaire à Montréal pendant mes études et j’ai déjà habité en Allemagne pour mon propre travail en 2009-2010​​, où j’étais partie sur un coup de tête : 15j pour tout emballer et partir !​

Comment se sont passés les préparatifs du déménagement ? Tu peux nous raconter ?​

J’avais déjà fait un gros tri lors de mon précédent déménagement. Je ne suis pas du genre à accumuler des objets, je m’en sépare assez facilement j’avoue. Mon conjoint était déjà parti en Allemagne j’ai donc préparé les cartons seule. Nous avons choisi d’organiser le déménagement nous-même, nous n’avions pas de gros meubles donc c’était gérable.

Y avait-il des démarches particulières à faire/à prévoir pour ce pays ?​

Nous avons eu la chance d’être assistés par l’intermédiaire d’une agence de relocation. Ca a grandement aidé dans les démarches administratives​. Je ne sais pas si c’est le cas dans les autres villes mais à Hambourg il faut s’enregistrer obligatoirement auprès de la mairie qui donne le Graal pour toutes les autres démarches…

Peux-tu nous dire ce qui t’a le plus « choqué(e) » / sauté aux yeux à ton arrivée dans ce pays ?​

Comme il s’agissait de ma deuxième expatriation ici je suis arrivée avec beaucoup moins d’interrogations. Je n’arrive toujours pas à me faire au manque de soleil malheureusement… La ville est immense mais particulièrement verte, bourrée de parcs pour enfants et de petites forêts. La mixité des paysages en fonction de chaque quartier est assez bluffante !

Comment t’es-tu intégrée ? (tant niveau langue, que socialement)

​J’ai pris des cours d’Allemand. Cela faisait partie du package « conjoint d’expat », j’en ai profité. Je n’ai pas trouvé de travail, je ne voulais juste pas repartir travailler dans mon ancien job… J’ai participé à des cafés-compétences, je me suis inscrite dans des groupes francophones, et lié d’amitié avec des parents de la crèche que ma dernière fréquentait.
Je me suis inscrite à des cours de Yoga en allemand dès mon arrivée.
Depuis j’ai ​trouvé un petit boulot de serveuse dans un café (français !) ce qui m’a permis d’améliorer mon allemand. Et je suis nouvellement créatrice d’entreprise !

Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis que tu es expat’ ?

Deux choses :
D’abord mon équilibre familial/professionnel. Les petits jusqu’au CM2 n’ont école que le matin et je savoure de pouvoir profiter à fond de mes enfants, de pouvoir flâner dans les rues sans stress, de ne pas galérer pour les gardes des vacances, de faire des gâteaux, des yaourts, de la lessive maisons (soyons cliché jusqu’au bout !). Je m’arrête souvent pour regarder tout ça et me dire à quel point j’ai de la chance de pouvoir vivre cette parenthèse douce-heureuse…

Ensuite d’avoir créé ma société. Je n’aurais jamais eu le courage ni la capacité financière de le faire en étant restée en France, où nos deux salaires étaient indispensables.
Si tu as des enfants :
Comment cela se passe avec tes enfants ? Ont-ils vécu ce changement (ou sont-ils nés en expat’ ?) ? Si oui, comment ? Comment as-tu fait pour aider à la transition ?

M​a grande, 12 ans a déjà vécu une expat. Cette enfant est un caméléon : elle se sent bien peu importe où elle est, tant qu’elle est près de nous !
Ma petite, 4 ans a pris le chemin. Les 3 premiers mois ont été très difficiles, et puis elle a fini par trouver sa place, elle a fréquenté une crèche allemande où l’apprentissage de la langue s’est faite avec une facilité assez impressionnante.
​Pour l’une comme pour l’autre je n’ai rien eu à faire en particulier pour qu’elles s’adaptent !​

Comment as-tu réussi à concilier vie perso / expat / vie pro ?

J​e ne suis pas partie en disant « je ne pourrais jamais rester à la maison ». D’abord parce-que cette pause professionnelle était nécessaire, et aussi car elle m’a permis de me poser les bonnes questions, et de faire des démarches pour changer ma route pro. Côté perso ça fait bizarre d’être dépendante financièrement, mais c’était prévu ainsi…
Quand on est à l’étranger, en tout cas pour ma part, aller vers l’autre ça fait partie du jeu pour s’intégrer, j’ai donc lié des amitiés très agréables, locales et avec d’autres expats.

Journée studieuse : formation WordPress pour peaufiner un joli petit site ! # formation #wordpress #lesateliersdangelique #bientot.com

Une publication partagée par Les Ateliers d'Angélique (@lesateliersdangelique) le

As-tu eu des inquiétudes, des moments de solitude ?​

Les 6 premiers mois… passée l’euphorie de la (re)découverte,​ les mails de candidature sans réponse, les forums pour l’emploi qui n’aboutissent sur rien, les entretiens d’embauche sans suite… J’ai sérieusement commencé à douter de ce que j’allais pouvoir faire pour rendre mon expatriation bénéfique…
Je reparle du manque de soleil et des nuits qui tombent à 15h30 ou bien ?

Quelles étaient tes peurs / envies / projets ?

​Sans peur ! pas d’envie précise. Mon projet était principalement de trouver un métier à mi-temps pour profiter de ma famille, et si possible dans un domaine qui me passionnerait plus que celui d’où je venais.

Qu’est-ce qui te manque le plus de ton pays d’origine ?​

J’ai dû réfléchir pour répondre. Mais bon… la nourriture quand même hein !! faut pas déconner ;)​

Te vois-tu revenir dans ton pays d’origine un jour ?​

Oui, très certainement…. mais pour combien de temps ?! ;)

Qu’est-ce qu’il ne faut pas manquer dans ton pays d’adoption ?

– à manger ​: des saucisses ?!​
– à boire ​: de la bière !! mouhaha ha ! Ou alors non, soyons original : un Rhabarberschorle : du jus de rhubarbe avec de l’eau pétillante​
– à voir​ : sur Hambourg : l’Elbphilarmonie, övelgonne (plage au bord de l’Elbe), ​le quartier alternatif de Sankt Pauli, le planten blumen, Hafencity……
– à faire ​: une balade en bateau dans le port ou sur l’Alster, un barbecue dans un parc, la Reeperbahn……​
– à savoir ​: Ne traversez pas au feu piéton rouge !!!​

Quels sont tes conseils pour ceux qui souhaitent s’expatrier de manière générale ou dans ton pays d’adoption ?​

Cela dépend tellement des caractères de chacun. Je pourrais dire qu’il faut éviter de comparer… et ne pas hésiter à aller vers l’autre : les locaux, ​le réseau francophone… ça aide !

Comment as-tu appréhendé la langue de ton pays d’adoption ?

J​’ai toujours adoré les langues. L’allemand est ma 4ème langue apprise, je vois les langues étrangères comme un réel atout d’intégration.

Rendez-vous sur Hellocoton !